De L'Arbresle au Japon

Qu’est-ce qui peut bien relier l’Arbresle - petite ville à environ 30km de Lyon - et le Japon ?

Ou plutôt, quel est le point commun entre l’enfance et le voyage ?

La découverte.



Expériences initiatiques

À l'Arbresle...

... j'ai grandi, appris à faire attention pour traverser, à compter mes pièces et à vivre au rythme des saisons. Mon quotidien se construisait dans ses rues et sur ses places. De n’importe où je gardais en vue le clocher de l’église et la colline, mes repères. Je me disais que de l’autre côté de cette colline il y a avait le monde et qu’un jour je l’explorerai !


Au Japon...

... j'ai dû tout réapprendre. La manière de manger, compter, parler et écrire, la façon d‘être polie et de réfléchir. En vivant et travaillant chez un agriculteur, là bas, j’ai découverts un autre quotidien, une autre manière d’être humain. De la maison, je voyais le clocher de la mairie et les montagnes. Je me disais que de l’autre côté il y avait ma vie française et qu’un jour j’y retournerai !


Peintures et poésie

Paysage et fillette

Pour rendre hommage à ces endroits si symboliques, j'ai choisi de peindre leurs paysages avec une approche personnelle, préférant les lieux sentimentaux aux points de vue "classiques".

Les peintures du Japon m'ont servi de modèles : même technique (pinceau sec, monochrome) et même fillette au chignon (ajoutée en parallèle pour celles de l'Arbresle) soulignant la valeur initiatique du moment vécu. L'idée étant de créer une harmonie entre les deux expériences, un lien entre l'enfance et le voyage.



Haïkus

Les paysages du Japon étant déjà légendés, c'est par le biais de haïkus que j'ai choisi de raconter les souvenirs liés à ceux de l'Arbresle. Pour les écrire, il a fallut réactiver ma mémoire et mes sensations, en retournant me promener dans certains endroits, repartir en quête de l’enfant que j’étais. Ex :

retour de l'école

avant de rentrer j'admire

la colline au loin



Rencontre du public

Une surprise pour les arbreslois

Lors du vernissage le 6 mars 2020 à l'Office de Tourisme, le public arbreslois a pu découvrir avec surprise les rues de leur ville mises à l'honneur. 17 peintures accompagnées de poèmes, accrochés et rassemblées dans un recueil inédit. Ce petit livre, enrichi d'une carte du centre ville répertoriant les points de vue, a été reçu chaleureusement comme une invitation à un jeu de piste, à une (re)exploration du centre ville et des souvenirs qui y sont liés. L'un des anciens symboles de la ville (l'arbre ailé) décliné en carte postale a pu ravir les plus chauvins.



Une évasion

Dans un second espace, le public a pu découvrir les peintures du Japon et, avec elles, des images nouvelles, familières pour certains, inspirantes pour d'autres ; l'occasion d'échanger sur les différences culturelles, le voyage mais aussi sur la poésie qui nourrit mon travail.